Soins intensifs à domicile en psychiatrie : modèles internationaux et description critique

Marianne Ramonet, thèse pour le doctorat en médecine, Lille, 2012


pdf_button Cliquez ici pour télécharger le texte intégral pdf_button


Peu répandus en France, les soins intensifs à domicile font l'objet d'une littérature abondante dans les pays anglo-saxons et européens. Développés depuis les années 1970, pour répondre aux problèmes posés par la désinstitutionnalisation, ces modèles peuvent être distingués en deux groupes. Le premier groupe de programmes de soins inclut le Case Management et l'Assertive Community Treatment. Ce dernier, très étudié, est un programme intensif à domicile au long cours, s'adressant à des patients souffrant de pathologies psychiatriques sévères et invalidantes. Il consiste en une intervention médico-sociale intensive, visant la restauration des habiletés sociales et de l'autonomie. Le second modèle est l'intervention de crise. Tout aussi intensif, ce programme consiste en une intervention à court terme à domicile, visant à éviter ou raccourcir l'hospitalisation lors d'une décompensation aigue. En effet, il permet d'éviter 50% des hospitalisations, et d'intervenir auprès du patient et de son entourage. L'ACT permet d'améliorer l'adhésion aux soins de patients en rupture de suivi et hauts utilisateurs de services. Ces programmes posent toutefois des questions sur plusieurs plans. Tout d'abord, leur efficience, comparée à des modèles moins intensifs, est controversée. De plus, les risques du travail à domicile pour les soignants ne sont pas à négliger. Enfin, ils soulèvent des questions et de nouveaux défis d'ordre éthique, qui demandent au psychiatre de redéfinir ses missions.