Ethique relationnelle : approche phénoménologique de la situation clinique en psychiatrie

Julien Fousson, thèse pour le doctorat en médecine, Paris VII, 2004


pdf_button Cliquez ici pour télécharger le texte intégral pdf_button


La psychiatrie phénoménologique repose sur une méthode de réflexion qui vise à explorer les soubassements de l’expérience humaine en se défiant des évidences préconçues. Elle est employée dans ce travail afin d’aborder la situation clinique dans laquelle le psychiatre rencontre un patient et son entourage.

Dans son approche classique, la psychiatrie phénoménologique demeure centrée sur l’individu. La perspective narrative de Naudin, en revanche, permet de mettre en évidence la dimension fondamentalement intersubjective de l’expérience psychiatrique, qui apparaît alors comme un dialogue au sein d’un horizon d’histoires. L’œuvre de Kimura permet d’aller plus loin encore en concevant la situation clinique comme le lieu d’implication vitale du psychiatre.

En s’appuyant sur la philosophie de Lévinas et sur les travaux de Boszormenyi-Nagy, on peut considérer que cette situation clinique se caractérise en dernier ressort par l’ouverture du psychiatre à de multiples relations, relations qui se révèlent toujours singulières. Dès lors, l’enjeu principal sous-tendant tout acte psychiatrique n’est plus constitué par la connaissance objective, mais par l’éthique. Cette éthique ne correspond pas à une nouvelle forme de savoir, mais à la prise en compte de l’inévitable limitation de ce savoir du fait de la singularité de l’homme auquel il cherche à s’appliquer. En ce sens, la pratique psychiatrique doit se fonder sur une éthique relationnelle, exploration dans la relation de la relation à l’autre homme.