Evolution des modèles de thérapie familiale dans le traitement de l'anorexie mentale de l'adolescent

Véronique Fouilleron, thèse pour le doctorat en médecine, Paris VII, 2009


pdf_button Cliquez ici pour télécharger le texte intégral pdf_button


Dès la seconde moitié du XIXème siècle, l’intuition clinique des auteurs qui se sont intéressés à l’anorexie mentale s’est portée sur le contexte familial d’évolution des symptômes. Une relation causale étant d’emblée établie entre état morbide et fonctionnement de l’entourage, l’attitude thérapeutique consistait à isoler le patient de son environnement. Avec la montée des théories psychanalytiques, l’accent a été mis sur le développement ontogénétique de la relation précoce mère fille, ainsi que sur des modes de transactions spécifiques aux familles d’anorexiques.

Avec l’apparition des modèles systémiques dans les années soixante, une nouvelle ère s’est dessinée dans la conceptualisation du rôle de la famille dans la survenue et le traitement de l’anorexie mentale. De formation psychanalytique, Minuchin et Selvini Palazzoli ont proposé chacun des modèles étiopathogéniques particulièrement novateurs: en resituant l’anorexie dans son contexte de développement naturel, ce trouble n’était plus seulement défini en terme de pathologie mentale individuelle ou dyadique, mais aussi interactionnel. La famille, directement impliquée dans le développement et l’évolution des troubles, devait l’être aussi dans le processus thérapeutique. La thérapie familiale étant loin de représenter un système conceptuel unifié, tous les modèles majeurs de thérapie familiale -structuraux, stratégiques ou féministes- ont eu leurs partisans qui l’ont appliquée au cadre de l’anorexie mentale.

L’hégémonie du modèle anorexigène s’est par la suite heurtée à un manque d’assise scientifique et à la prise en compte croissante de l’impact opéré par la maladie sur les fonctionnements individuels et familiaux.

Actuellement, on assiste à une mosaïque de prises en charges familiales, caractérisées par une approche intégrative, multifactorielle et basées sur les ressources familiales.

Nous proposons dans ce travail de décrire l’évolution de la place de la thérapie familiale dans le traitement de l’anorexie mentale depuis le milieu du XXème siècle au travers des théories et pratiques qui se sont développées.