Pochard F. et al (1999) : Passage à l’acte suicidaire et violence sacrificielle

Référence : Pochard F., Robin M., Faessel A.I., Kannas S. (1999) : Passage à l’acte suicidaire et violence sacrificielle : hypothèse systémique et anthropologique, L’Encéphale, 25, 296-303


Intérêt : chameau1           Difficulté : oursin2


Résumé :

La fréquence des passages à l’acte suicidaires est préoccupante, en France ils sont au nombre de 12 000 par an pour les suicides aboutis et 200 à 400 000 par an pour les tentatives de suicide. Ce sont des gestes violents, aux conséquences dramatiques.

Il existe des facteurs de risques bien identifiés ainsi que plusieurs hypothèses qui sont autant d’outils pour tenter de comprendre la genèse de ces passages à l’acte. Cependant ces facteurs de risques validés et ces hypothèses de lecture ne permettent pas de mettre en place une prise en charge et une prévention efficace d’un acte aussi complexe.

Partant de ce constat, l’article développe une hypothèse reposant sur les travaux systémiques de Louis Everstine proposant la colère comme mécanisme majeur des passages à l’acte et ceux de l’anthropologue René Girard mettant en avant sa valeur sacrificielle. Cette hypothèse prend en compte le contexte relationnel et affectif afin d’élaborer une prise en charge des passages à l’acte suicidaire.


Commentaire :

Cet article a le mérite de proposer une lecture relationnelle du geste suicidaire et d’insister sur la dimension de violence – lecture qui se révèle très souvent pertinente dans la pratique clinique. L’articulation théorique avec l’œuvre de René Girard apparaît quant à elle moins convaincante.