L'entretien familial en psychiatrie - 8

Que faire de ce que le patient nous a déjà dit ?

En thérapie familiale, les thérapeutes rencontrent d’un coup la famille dans son ensemble. Mais en psychiatrie, il est fréquent que le soignant ait déjà réalisé un ou plusieurs entretiens avec le patient, ce qui peut rapidement le(s) mettre dans une position inconfortable.

Cette difficulté peut être anticipée en amont avec le patient : « Nous allons rencontrer ensemble votre famille. Y-a-t-il des choses que vous m’avez confié qu’ils ne savent pas ? ». Une négociation pourra alors avoir lieu sur la manière de traiter ces informations personnelles : le patient peut-il en faire part à sa famille avant l’entretien commun ? Le soignant peut-il l’y aider ? Ou au contraire peut-il accepter de tenir secrète des informations (en estimant par exemple qu’elles ne s’avèrent pas déterminantes à cet instant de la prise en charge) ?

On peut aussi choisir d’aborder la question dès le début de l’entretien familial, par exemple en disant au patient, devant ses proches : « ce que vous m’avez confié lors de nos entrevues est couvert par le secret professionnel, je n’en divulguerai pas le contenu, mais en revanche je m’autoriserai à dire à votre entourage mon avis de soignant sur ce que vous traversez, mon degré d’inquiétude, mon estimation des risques vous concernant » (le thérapeute doit alors pouvoir supporter que le patient proteste et qu’il faille prendre un temps seul avec lui pour définir les règles).