L'entretien familial en psychiatrie - 6

Qui inviter ?

« Se soucier de toutes les personnes concernées par la thérapie s’avère plus important que de savoir qui est présent dans la salle. »

Ivan Boszormenyi-Nagy

Les personnes conviées à l’entretien familial dépendent en premier lieu du but de cet entretien. Souvent on privilégiera les personnes qui vivent sous le même toit (par exemple, le mari et les enfants de la patiente), parfois on raisonnera en fonction de la hiérarchie familiale (les deux parents, pourtant divorcés, d’un adolescent) ou du projet de soins (la grand-mère chez qui le patient ira en convalescence après l’hospitalisation).

Dans tous les cas la discussion doit avoir lieu avec le patient, et on vérifiera que les gens invités peuvent supporter de se retrouver pendant une heure dans la même pièce !

On peut imaginer impliquer des personnes habitant très loin pour peu qu’elles se rendent disponibles à l’heure de l’entretien, il suffit de disposer d’un téléphone avec haut-parleur.

Pour les personnes qui paraissent importantes dans la dynamique familiale mais que le patient refuse d’impliquer ou qui ne souhaitent pas venir, c’est au thérapeute de faire vivre leur présence, par exemple en s’enquérant de ce que l’absent pense de tel ou tel sujet abordé.