L'entretien familial en psychiatrie - 2

Une drôle d’idée

Imaginez un instant : vous traversez un moment difficile, n’arrivez pas à vous en sortir seul ; de fil en aiguille vous voilà hospitalisé dans un service de psychiatrie. Par malchance, le psychiatre en charge de vous se passionne pour la systémique et se met en tête de convoquer votre entourage pour un entretien. Vous voilà maintenant dans un bureau plus ou moins convivial en présence de vos parents et de votre fratrie (ou selon les cas de votre conjoint et de vos enfants, ou…) face à un ou deux soignants, qui commencent à vous poser des questions…

Commençons par cette remarque de bon sens que les « psys » perdent trop souvent de vue : vouloir organiser un entretien familial, c’est avant tout une drôle d’idée ! Combien de fois dans la vie d’une famille a-t-on l’occasion de se trouver tous réunis sans autre but que de parler, et si possible des choses les plus importantes pour la vie de la famille, le tout en présence et sous l’impulsion d’étrangers ?

Cette idée apparaît d’autant plus farfelue que, dans notre société, les troubles psychologiques sont considérés comme individuels. D’ailleurs, la médecine ne s’occupe-t-elle pas de patients, d’individus dont le contexte n’est pris en compte que pour en évaluer l’éventuel potentiel pathogène ?