Mais que fait la psychiatrie, à ULICE ? - 4

Pour conclure

Mesdames et messieurs pourquoi nous vous avons ennuyé avec cette notion de situation. Tout simplement parce que  l’être-au-monde « situationne » constamment à la fois soi et le monde. Être en situation est identique à être une existence humaine, et la vie humaine est succession permanente de situations. La situation est donc une relation originelle entre personne et monde, non pas comme fait statique mais comme mouvement constant de l’être-au-monde.

Ne nous leurrons pas si l’approche systémique est un outil bien sympathique, dirons-nous,  il n’est qu’un outil, et cette approche est à considérer, si vous nous permettez cette métaphore, comme la « playstation » de la psychiatrie. En effet, la virtualité des théories de la communication appliquées à la psychiatrie suscite  une pensée technique de l’homme qui le transforme quelque peu en robot et qui transforme ceux qui en abusent en manipulateurs armés de joysticks (tels que les diverses techniques que proposent les thérapies familiales systémiques pour favoriser le changement).

Enfin, si la situation telle que nous la concevons là échappe en elle-même et par essence à toute technique ou théorie extrinsèques, on ne peut éviter que ces dernières ne participent à sa situation. Elles situent l’humain dans un contexte technique qui fait de lui l’objet  d’une technique de re-création, un objet se prenant lui-même pour un objet virtuel.