Traumatisme et famille - 14

Qu’en est-il du «débriefing familial ?»

La technique de débriefing ne peut être appliquée en tant que telle dans le temps de la crise familiale. Ce n’est pas une priorité, le risque est celui d’accroître la confusion et la fusion. En effet, il faut être vigilant à ce que les informations données puissent être accessibles à ce que les enfants sont en mesure de comprendre et de se représenter.

Le vécu intime d’une victime n’est pas forcément à entendre par son conjoint, son enfant, son parent, d’autant plus qu’ils traversent une période de fragilisation de leurs frontières interpersonnelles.

Etre support de résilience familiale, c'est  se tenir dans un  premier temps à des objectifs de crise. Pour éviter d’accentuer le fossé entre la victime et ses proches, il nous faut contribuer à rendre la victime compréhensible à sa famille, aider à la diminution de ses symptômes afin qu’une désynchronisation entre la victime et ses proches ne se fixe pas dans un vécu traumatique interminable. Il sera alors possible d’inscrire l’histoire traumatique dans l’histoire familiale plutôt que de la limiter à l’histoire individuelle.