Traumatisme et famille - 10

Qu’est-ce que la résilience familiale ?

La résilience familiale est la capacité développée au sein d’une famille, elle-même éprouvée, à soutenir et aider un ou plusieurs de ses membres victimes de circonstances difficiles, ou à construire une vie riche et épanouissante pour chacun de ses membres malgré un environnement difficile auquel l’ensemble est soumis, tout en autorisant chacun à se différencier (Delage, 2002).

Chaque fois qu’un individu rencontre la détresse, que sa vie elle-même est mise en jeu, le système d’attachement qui avait cours au début du développement est réactivé.

La réactivation du «système comportemental d’attachement» devra, dans l’optique de la résilience, se tenir à l’écart de deux extrêmes :

- L’inhibition du système d’attachement, qui consiste à réprimer les besoins de proximité et de tendresse (évitement),

- L’hyperactivation du système d’attachement qui consiste à rester dans un rapport de dépendance et à mal différencier ce qui relève de soi et d’autrui (confusion).

La famille peut spontanément être soutien de résilience pour son proche exposé à un évènement potentiellement traumatique, ou trouver des ressources intérieures et/ou extérieures pour l’être.

Comment en tant que CUMP pouvons-nous être soutien ou tuteur du processus de résilience individuelle et ou familiale ?

Les proches sont malmenés dans la relation par le ou les symptômes psychotraumatiques de leur parent/conjoint/enfant et peuvent, à leur tour, contribuer à l’aggravation ou la persistance des symptômes. Si face au repli, l’hyperprotection ou le rejet s’installe, si face à l’irritabilité, le silence douloureux ou l’agressivité au regard se déploie, alors la victimisation ou la rupture peuvent compliquer le processus de résilience.

Comment soutenir le processus de résilience ?

Pour mieux saisir les objectifs à atteindre avec les familles, nous allons décrire ce que le thérapeute familial peut proposer (être tuteur de résilience), ce que ERIC propose dans la prise en charge de crise.

Nous nous focalisons sur le groupe famille par souci de clarté, les prises en charge sont souvent conjointes individuelles et familiales, dans une complémentarité de ces deux aspects à réfléchir au cas par cas selon la situation et le moment du processus.